Créol La Diva : Du web social à la première chaîne de télévision gabonaise

J’ai pour habitude de décrypter l’actualité du monde numérique local, avec beaucoup de passion et ce dans le but d’informer le plus grand nombre. L’objectif second est de donner de la visibilité à nos habitudes de consommateurs de bande passante. C’est toujours dans cette logique que je n’hésite pas à partager avec vous les bruits de couloirs du web que ce soit à travers ma rubrique hebdomadaire Les immanquables de la semaine qui s’est récemment appesanti sur le phénomène du Télétubbies gang ou du Sogatra challenge version Lycée Awassi.

Je persiste et signe qu’internet est une formidable opportunité pour les africains et ce même si au Gabon son appropriation reste sommaire voir basique et se limite à la consommation de contenus Made in Ailleurs !

Je suis souvent dur dans mes propos mais pardonnez ma passion, c’est juste que j’estime au vu des potentialités du pays surtout en ce qui concerne sa ressource humaine qu’il y a moyen de faire de belles choses, de faire de grandes CHOSES.

Pour en revenir au succès du web en local, je n’aurais de cesse de le répéter : l’avenir est dans le contenu ! C’est par le contenu que nous toucherons le graal et que des startups locales exploseront.

Car si notre but est de limiter nos actions de web marketing à la simple diffusion de nos offres commerciales sur Facebook, Twitter et Instagram il est évident qu’il arrivera un jour ou les Community Managers du Gabon n’auront plus de job. Oui aujourd’hui encore les marques se limitent au partage d’offres commerciales sur le web social sans pour autant développer une véritable stratégie autour du parcours client du web. Aujourd’hui on sort les muscles sur Facebook, en disant je m’appel Olivier ONA et je suis sur Facebook. Retrouvez-moi pour gagner des lots ou des bons d’achats ! Et après ? Combien de temps allons-nous tenir ?

Et je vais encore revenir dessus : Les influenceurs ! Ou encore selon moi la façon la plus simple de profiter d’une portée organique qui vaut son pesant d’or sur Facebook ! Des centaines de milliers de vues sans avoir recours à la publicité Facebook ! Eux ils le font chaque semaine, eux ? Yaya vinch, Andrew le gaboma, ReckLuc, Jackadi !

Mais alors, qu’est-ce qui explique ce succès ? Pourquoi une marque locale peine à s’imposer ou à rivaliser avec les chiffres réels de ses stars Facebook ?

La réponse est toute simple : Le contenu !

Le contenu est à la base du succès de ces vidéos sur Facebook et surtout la proximité du langage entre les acteurs et les utilisateurs Facebook. Une marque peut-elle marquer le pas et revoir sa ligne éditoriale jusqu’à être en phase avec sa cible ? Ou encore qu’elles seraient les arguments d’un CM afin de convaincre ses patrons du besoin de revoir sa ligne éditoriale sur les médias sociaux ?

J’ai envie de dire que c’est un passage obligé vue que la majeure partie des utilisateurs Facebook sont avant tout âgé de moins de 35 ans pour la plupart donc réceptif à un certain type de vocabulaire et le plus important les gens ne viennent pas sur Facebook pour s’informer mais pour rigoler ! En prenant exemple sur Yaya Vinch, lui il arrive à rassembler un public clairsemé donc varié le tout en étant vulgaire à souhait jusqu’au point d’en faire sa marque de fabrique. Le gabonais est-il plus sensible à la vulgarité qu’autre chose ? En fouillant le web social gabonais je me suis rendu compte qu’il existe une myriade de jeunes talents engagés dans la production de vidéos courtes et suivant les traces de Yaya Vinch, Andrew le gaboma, Jackadi et ReckLuc mais avec des fortunes diverses.

Le constat est simple, ce qui marche sur Facebook au Gabon ? La culture de la vulgarité à outrance !

Tout ce qui est lié à la vulgarité, à l’obscénité voir à la limite de la pornographie fait le buzz sur le web encore que le web social au Gabon se limite à Facebook. Un exemple simple pour étayer mon propos : Qui se souvient du nom du journaliste de Téléafrica derrière la vidéo buzz filmée en plein ébat et dont le nom est devenu une référence nationale ?

Après votre réponse, maintenant qui peut donner le nom du ministre actuel de la fonction publique gabonaise ? Nous nous comprenons n’est-ce pas ?

En gros chacun de nous connait tous les ingrédients pour faire le buzz au Gabon du moins sur le web social et maintenant chacun peut l’appliquer à sa sauce et espérer avoir des retombées en termes de visibilité ou de contrats publicitaires même si logiquement visibilité donne droit à des contrats publicitaires (quel niveau de visibilité ? quels contrats publicitaires ?).

Maintenant que nous sommes sur la même longueur d’onde nous pouvons aborder le cas Créol avec beaucoup plus de sérénité.

Créol La Diva : Du web social à la première chaîne de télévision

Je vous le dis directe, ce programme va marcher surtout s’il est lancé en août et pire encore à la rentrée. Il aura au moins le mérite de réconcilier les gabonais avec la première chaîne de télévision nationale. Et oui ce n’est un secret pour personne, la télévision nationale est en déclin mais avec ce coup de génie ce qui est sûr elle aura une belle mort !

En cinq points je vais vous expliquer pourquoi ce programme aura du succès :

  • Sa vidéo VIP a été la vidéo la mieux teasée et la plus attendue en 2018

Nous l’avons tous regardés ce teaser, tous les arguments étaient là pour nous tenir en haleine, danse subjective, rythme lent des images, petite tenue pour au final un rendu politiquement correct. Il faut le dire nous tous tombé dans le panneau.

  • Créol sait faire parler d’elle souvenez-vous de la vidéo des tee-shirts à 100.000Frs l’unité

Nous avons tous le souvenir de cette fameuse séquence qui a d’ailleurs fait le buzz au-delà des frontières du Gabon. Séquence qui a non seulement donnée lieu à des parodies mais reprise surtout par des vineurs d’Afrique de l’ouest !

  • Depuis l’annonce de sa téléréalité, le web ne parle que de ce programme

Et je pense que la température sera plus chaude une semaine avant le lancement du teaser du programme et si les cartes sont bien positionnées par son équipe, elle engrangera énormément d’argent avec du placement de produits même si la question est : quelle marque osera suivre Créol dans sa Fantastik aventure ?

En même temps cette intrusion dans la grille des programmes de Gabon Télévision de la chanteuse gabonaise la plus controversée de l’histoire de la musique locale ne sera pas sans dégâts.

Pourquoi ? Au cas ou le succès est retentissant, il faudrait que la chaîne nationale fasse preuve de beaucoup d’inventivité (chose qu’elle ne sait pas faire du tout) afin de continuer sur cette lancée et ce pour ne pas perdre pour de bon les téléspectateurs gabonais et surtout les nouveaux téléspectateurs.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire