Digital to school pourquoi y être?

Mbolo,
Ici pas de longs discours, de grands mots oui, le numérique surtout car aujourd’hui tu es sur mon blog via une connexion internet et tu as eu accès à cet article soit sur facebook ou au pire WhatsApp !

Oui tu l’as compris nous parlons tech mais nous parlerons surtout de disruption qui est d’ailleurs au centre de la saison 1 de la caravane Digital to school.

La disruption de la formation, des métiers et des opportunités

Dans le domaine tech, la disruption est le plus souvent provoqué par de jeunes loups qui viennent bouleverser le marché et poussent les entreprises installées soit à mettre la clef sous la porte soit à revoir leur business model et à se réinventer.

Vous l’aurez compris, disrupter un ecosystème s’est avant tout imposer un nouveau business model reposant sur une façon plus sociale de consommer voir d’utiliser un bien ou service.

Dans l’histoire de la disruption, UBER et AIRBNB sont les exemples les plus importants car ils ont transformés leur secteur d’activité au point de causer un véritable raz de marée et d’effrayer les mastodontes.

Chaque grande histoire commence toujours par une petite anecdote !

En 2008, lorsque les trois fondateurs (Garett Camp, Travis Kalanick, Oscar Salazar) de la startup californienne souhaitaient se déplacer durant l’évènement tech de référence en France, Le Web Paris, ils n’arrivaient pas à trouver un taxi.

De retour dans la silicon valley, ils décident de monter un service de chauffeur privé à la demande qu’ils nomment UberCab (SuperTaxi).

En 2009 ils lancent l’application Uber à San Francisco sous iOS et Android et explose dans le monde en s’exportant dans plus de 50 pays soit 253 villes !

Pour la petite histoire, la disruption véritable intervient en 2014 lorsqu’ils lancent UberPop à Paris, service qui permet aux particuliers de transporter des usagers et de ce fait impose l’expression ubérisation de l’économie !

Uber a surtout mis en avant le début d’une nouvelle économie marquant la fin de certains monopoles comme avec les taxis et autres VTC sur Paris.

Avec l’exemple Uber on comprend surtout pour le cas du Gabon que l’ubérisation de l’économie a eu lieu depuis plusieurs années chez nous avec le phénomène des taxis clandos qui offrent aux usagers de Libreville et ses environs la possibilité de bénéficier de tarifs préférentiels pour se déplacer.

Je retiens surtout que cette ubérisation a surtout permis de résorber le chômage des jeunes d’une certaine manière (et continue d’ailleurs).

J’espère que vous avez compris là ou nous souhaitons vous emmener le samedi 15 décembre 2018 à l’institut de gestion.

La disruption s’impose a tous et il vaut mieux être du côté du disrupteur que du disrupté.

Fruit d’un partenariat entre la Communauté des blogueurs et vlogueurs du Gabon (CBVG), 241 Clics Magazine, le Club Marketing de l’institut de gestion, le blog Visez la lune, Computech et l’agence pub OGX, digital to school vise à interpeller les étudiants sur les opportunités existantes et avenir autour du numérique mais aussi à offrir à ses derniers les outils pour qu’ils puissent changer de vie.

Au programme de ce digital to school du samedi 15 décembre 2018 de 09h30 à 17h00 :

241X hosted by 241 Clics Magazine (09h30/12h30)
Conférence, soutenue par le 241 Clics Magazine, qui verra la participation de plusieurs profils qui viendront partager leur expérience et leur compréhension de la disruption à la gabonaise.

Workshops (13h00/17h00)
5 ateliers de formation autour du blogging, du community management, du business model…

L’inscription est totalement gratuite et si vous souhaitez vous lancer dans le blogging, découvrir le métier de community manager, apprendre à produire un business plan, à rédiger pour le web et bien plus encore nous vous donnons rendez-vous le samedi 15 décembre 2018 à partir de 09h30 à l’institut de gestion.

A samedi!

Commentaires Facebook

2 réponses pour “Digital to school pourquoi y être?”

  1. Ping : Dans les couloirs de la disruption made in Gabon – ONA SUR LE WEB

Laisser un commentaire