Influenceurs gabonais : La plus grosse escroquerie du pays ! Part 01

Mbolo comme on dit chez nous, bonjour !

Un nouvel article pour parler d’un sujet important et que je me devais, encore une fois, de mettre sur le tapis vue que nous avons tendance à nous emmêler les pinceaux au Gabon.

Plusieurs personnes se déclarent influenceurs et même coach en motivation et vous savez quoi? je suis récemment tombé des nu en voyant deux catégories avec des nominés complètement imaginaires : Gabonese awards* !

*Je vais revenir sur le sujet très bientôt

NB : Déjà pour faire simple j’accepte volontier les qualificatifs de jaloux, haineux, voir frustré vue que je n’apparais pas dans une des catégories.

Alors vous êtes satisfait ? Bien on y va alors !

Le frustré que je suis souhaite mettre au claire une certaine habitude que nous avons dans le pays à nous déclarer X ou Y spécialiste voir INFLUENCEUR !

Et lorsqu’il faut mettre ce type de sujet sur la table, il est bien de donner un ensemble de définitions afin que ceux qui ne savent pas apprennent, et que ceux qui pensent savoir découvrent !

Tout le monde n’est pas influenceur, et l’influence se mesure à l’image des statistiques folles: du footballeur Cristiano RONALDO, ou encore du joueur de basketball Lebron JAMES, qui sont d’ailleurs de véritables monstres en la matière au vue du nombre de sneakers et de produits dérivés qu’ils écoulent chaque année ! Ce n’est pas pour rien d’ailleurs qu’ils sont à la tête de grosses fortunes personnelles se chiffrant a des centaines de millions d’euros.

Pourquoi prendre exemple sur ces sportifs ?

Et bien déjà parce que vous savez de qui il s’agit, vue que leurs popularités dépassent largement le cadre des réseau sociaux (1), que nous sommes tous d’accord sur le fait que sans fournir le moindre effort en terme de marketing depuis leurs profils sur les réseaux sociaux ils arrivent à teaser les lancements de produits pour des marques (2), et surtout les chiffres sont vérifiables et mis à disposition du grand nombre via la liste annuelle du magazine américain FORBES (3).

Mais avant tout, c’est quoi un influenceur ?

Selon Wikipédia, que nous connaissons tous au passage : Un influenceur  est une personne active sur les réseaux sociaux qui, par son statut, sa position ou son exposition médiatique, est capable d’être un relais d’opinions influençant les habitudes de consommation dans un but marketing.

Pour toutes les personnes qui se sont déclarées influenceurs, s’il vous plait, pour le bien de la science, de la communauté des aigris et du marketing, s’il vous plait ramenez vos chiffres en commentaire afin que nous puissions faire de votre influence un cas d’école…

Maintenant selon ma petite expérience de professionnel du digital en entreprise et via mes différents contrats de freelance, les marques souhaitent au départ travailler avec des célébrités (sportifs, acteurs, animateurs tv ….) afin de profiter de leur exposition, leur visibilité dans le but d’accroître leurs notoriétés. Mais au-delà, la véritable raison est de vendre le maximum de produits dans un temps très court.

Ce qui veut dire que les influenceurs créent un pic de visibilité de courte durée, pendant laquelle les marques attendent une hausse significative de leur chiffre d’affaire!

Ceci dit, avec l’avènement des réseaux sociaux, de nouveaux influenceurs ont fait leurs apparitions et disposent d’une notoriété sur une thématique spécifique au travers du web social (blogueurs, vineurs, youtubeurs, vlogueurs, instagrammeurs).

Nouvelles stars du web social, ces influenceurs, leaders d’opinions du digital, sont capables d’affecter le comportement d’achat à travers la tenue d’un blog, d’un compte instagram ou d’une chaîne Youtube…

Face à une déferlante de campagnes publicitaires sur le web, le consommateur se perd dans la multitude des offres et surtout boude clairement le discours du vendeur traditionnel. Dans ce cas, le marketing d’influence permet de réinventer le concept ou la place ne se limite plus à vanter les qualités du produit, mais de faire passer le message via des leaders d’opinions qui ont acquis la confiance de leurs followers.

Ainsi le public qui suit un influenceur à travers sa page Facebook, son compte instagram ou sa chaîne Youtube  ne demandent qu’à adopter son style de vie (langage, ce qu’il porte, ou il va….).

D’ailleurs pour moi, dans le domaine instagram est la meilleure arme pour du placement de produit pour un influenceur, vue que le message y est bref et joue beaucoup sur l’aspect visuel.

Je crois que j’ai enrichi votre culture générale et nous pouvons de ce pas passer clairement sur le fait qui m’emmène à parler d’escroquerie.

Le Gabon mon beau pays !

Ayant passé une grande partie de ma vie professionnelle en Afrique de l’ouest, je dois le reconnaître que nous, au Gabon, nous avons un gros problème avec les chiffres.

Il règne une opacité agressive autours de la data dans notre pays, ce qui rend compliqué d’une certaine façon l’analyse de certains phénomènes sociaux et culturels.

Mais la force du numérique dans ce cas de figure est qu’il s’affranchit de certaines contraintes et nous offre la possibilité d’analyser certains faits qui font bouger l’actualité social media.

Comme avec les Community Managers gabonais, trop de personnes ont décidées de profiter de l’engouement autour des acteurs du web social pour se déclarer influenceurs afin de répondre aux nombreuses sollicitations des marques, qui soit peinent à faire décoller leur présence sur le web social ou encore soit à donner meilleur écho a leurs campagnes de communication vue que le reach et l’engagement sur les pages des agitateurs du web social sont plus dynamiques  et réels(surtout).

Pour en venir aux influenceurs du Gabon, attention je peux me tromper mais jusqu’à preuve du contraire en me reposant sur la définition de Wikipédia il n’en existe pas encore au Gabon.

Néanmoins, je suis avec beaucoup d’attention le développement du partenariat entre le Tabouret Gang et la marque de produits éclaircissants Organic Skin Lightener (produits que je condamne au passage !!!).

Il faut le signaler, sur instagram au Gabon, Gretta est le profil le plus suivi avec plus de 100k abonnés ! Je crois, sauf si je me trompe mais alors là n’hésitez pas à me le rappeler en commentaire (preuves à l’appui s’il vous plait), le Tabouret gang va devenir la première marque du web social à tester son niveau d’influence. Encore que là, on verra si le partenariat est reconduit et si derrière des chiffres seront communiqués (on peut toujours rêver mais bon l’espoir fait vivre).

Tout ceci pour vous poser cette question : Influence sans test est-ce de l’influence ? Une influence qui ne génère pas de cash est-ce de l’influence ?

En tant qu’acteur du numérique je m’évertue à scruter le web et les pages qui génèrent le plus d’engagement au Gabon, mais surtout à regarder le développement de ceux que j’appelle les agitateurs du web social.

Une amie me disait d’ailleurs que le terme sonnait mal dans son entendement et pourtant, c’est l’expression qui sied à ses nouvelles stars du web social…..

Affaire à suivre.

 

Commentaires Facebook

6 réponses pour “Influenceurs gabonais : La plus grosse escroquerie du pays ! Part 01”

    1. Hello Rodolphe,

      Merci pour la critique, ici on adore!!! Je suis tout a fait d’accord avec toi sur la forme, il y a pleins de choses à améliorer sur ce blog et en 2019 on fera le nécessaire.
      Merci

  1. bonsoir bon article, même si j’aurais voulu que tu approfondisse le sujet sur le terme escroquerie en citant des cas palpables en ce qui concerne le pays , mais c’est un bon article tout de même , on verra ce qui va donner le cas tabouret gang.

    1. Bonjour Eric,
      Pas faux mais mentionner des noms cela revient à m’exposer sur le plan juridique et Je ne suis pas assez costaud pour supporter une amende de 10Millions. Mais déjà le fait de se faire passer pour des influenceurs c’est déjà une forme d’escroquerie. L’article tourne tres bien et jusqu’a présent je n’ai pas de retours donc je reste sur ma position. Pour le tabouret je reste septique nous n’aimons pas les chiffres au Gabon mais bon qui vivra verra. Merci Eric

Laisser un commentaire